“It takes two to tango” : implication des élèves dans la visualisation et la différenciation des évaluations

 
L’évaluation doit impliquer l’évalué et l’évaluateur (“It takes two to tango”), et elle gagne aussi à être différenciée selon l’état de finalisation du travail. Pour répondre à ces deux exigences, je reprends une stratégie de Tom Barrett (The 30% feedback) pour l’intégrer aux outils numériques d’écriture collaborative (notamment Google Documents) et pour créer un tableau de bord de l’enseignant (dans Google Drive et dans Google Classroom).

Impliquer et différencier

La stratégie « 30% feedback » proposée par Tom Barrett (How to make the most of 30% feedback) vise à :

  • impliquer réflexivement celui qui reçoit l’évaluation, en lui demandant d’indiquer à l’évaluateur l’état général de finalisalisation de son travail ;
  • différencier l’évaluation : le feedback initial n’est pas le même que le feedback intermédiaire ni que le feedback terminal.

Tom Barret s’inspire d’un entrepreneur (Jason Freedman) rapportant comment un évaluateur lui a demandé de préciser l’avancement de son projet avant de l’évaluer (Thirty Percent Feedback) :

If I was ninety percent done, he [l’évaluateur] would try to correct me on every little detail possible because otherwise a typo might make it into production. But if I had told him I was only thirty percent done, he would gloss over the tiny mistakes, knowing that I would correct them later. He would engage in broader conversations about what the product should be.

Visualiser les finalisations

Tom Barret nous invite à transférer cette démarche aux apprenants, en leur demandant d’indiquer l’état de finalisation des travaux remis à l’enseignant. L’apprenant doit ainsi se demander quel pourcentage il pense avoir réalisé, et il peut l’indiquer au moyen d’une petite visualisation, comme celle-ci (image de Tom Barret) :

On peut bien entendu imaginer de multiples autres formes visualisations (barres de progression, etc.).

Intégrer la stratégie aux documents en ligne

On peut facilement intégrer cette stratégie  aux documents numériques utilisés par les apprenants et les enseignants.
Si vous travaillez avec Google Documents, vous pouvez préparer un modèle de document comportant l’image de visualisation (insérée dans le document comme dessin éditable). Vous pouvez ensuite communiquer ce modèle aux apprenants en en « forçant » la copie. L’astuce consiste ici à ajouter « copy » à la fin de l’url du document qui sera communiqué aux apprenants. Je tiens cette astuce de l’excellente Alice Keeler.
   
Vous pouvez essayer cela  faisant une copie de ce document modèle.
Avant de soumettre son travail à l’évaluateur, l’apprenant peut alors indiquer l’état de finalisation en modifiant la flèche placée sur l’image dans le document :
curseurL’apprenant peut alors imprimer le document pour le remettre à l’enseignant, ou le lui partager en lui octroyant des droits de commentaire ou d’édition.
N.B. : vous pouvez aussi en amont partager avec chaque élève le document lui correspondant, mais cela est laborieux. cette opération se fait en un clic avec Google Classroom (selon ce processus simple).

Intégrer la visualisation  à l’espace de travail de l’enseignant

Avec Google Drive

Si les élèves ont partagé les documents avec vous, vous pouvez alors visualiser facilement les états de finalisation des différents travaux via l’interface de Google Drive.

Avec Google Classroom

Si vous utilisez Google Classroom (disponible seulement avec un domaine éducatif), il est également possible de visualiser à la volée les états de finalisation des documents, via l’espace de consultation des travaux :

Vous disposez alors d’un véritable tableau de bord, vous permattant de surveiller l’avancement des travaux des élèves ou des étudiants, et ainsi de mieux réguler les évaluations.
/////////////////
Ces propositions sont évidemment ouvertes à vos suggestions pour des améliorations !
——– MISES À JOUR ———-
VOICI DES AMÉLIORATIONS / ADAPTATIONS


Jean-Baptiste Guégan propose une amélioration excellente :
Jean-Baptiste Guégan 1
guegan
 


Fabien Beyaert (@physiquebeyaert) 17 avril 2016
CgO1MTJWcAAbKWV
https://drive.google.com/folderview?id=0By0MAfJe8C2qX2ZMRUZnSENENEk&usp=sharing


Et encore plus simple, avec simplement l’insertion d’un tableau dans le document et d’une forme graphique (ici, un cercle bleu) :
DOT

0 commentaire pour ““It takes two to tango” : implication des élèves dans la visualisation et la différenciation des évaluations

  1. Bonjour,
    Un grand merci pour votre article qui m’a donné l’idée de suivre le parcours de chacun de mes élèves à l’aide du Drive. Je ne suis pas un travail mais toute l’avancée de chaque élève dans la partie de mécanique de TS en Sciences Physiques.
    Chaque élève dispose de sa fiche de parcours :
    https://drive.google.com/open?id=1IeLFhu2niX88INfbQ-ukVl-dUFa53nZK5dKmllSVM64
    Elle contient son avatar (fait par lui avec « face your manga ») et sa position dans le merveilleux monde de la mécanique. Il indique le chapitre avec la flèche bleue et son avancée dans celui-ci avec le curseur mauve. J’ai ajouté les validations en vert ou l’échec par une croix rouge.
    J’ai également une fiche de suivi de la classe où je place les avatars dans le chapitre que les élèves suivent : https://drive.google.com/open?id=1OtG4VypeLSO-NT13daibNN__HUDC7o_7fPvTSIoOs3c
    Voici ma page de suivi : https://drive.google.com/open?id=0B-NfVuVx-nNWWnFnUUdQUzB6XzQ
    Encore merci
    Gwenael Cassel
    Professeur de Sciences Physiques
    Lycée français de Rome

      1. Comme la classe ne compte que 14 élèves je fais moi-même les mises à jour. Mais les documents étant partagés avec les étudiants ils pourraient très bien le faire eux-même.
        Gwenaël

Répondre à cassel gwenael Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut